Articles

,

5 points à retenir pour la communication en horticulture et pépinière

Du chromos au catalogue, lorsque l’on est horticulteur et que l’on veut faire ressortir ses produits il est important de les rendre  visible et impactant. Un produit végétal ne peut être mis en avant de la même façon qu’un produit de grande consommation, pourtant il est très intéressant pour la filière végétale de s’inspirer des concepts de la grande distribution.

5 points à retenir:


1. Le bon prestataire

L’idée peut paraître simpliste mais le choix du bon prestataire est essentiel. La communication en horticulture touche à des domaines assez variés, de la création d’une gamme de chromos/étiquettes à la création d’un catalogue. Il vous faut trouver un partenaire capable de vous accompagner dans vos divers projets afin de garder une cohérence dans votre communication.

2. Design impactant
Les consommateurs de produits de jardinerie sont également des consommateurs de la grande distribution et sont habitués aux produits marqueté, le stéréotype du jardinier en salopette bleu achetant sa barquette de salade et se moquant bien des instructions de plantation est révolue. Aujourd’hui « tout le monde jardine ». Les professionnels du jardin doivent donc « suivre » un temps soit peu les tendances en matière de design graphique pour éviter de proposer un graphisme stéréotypé que le consommateur a vu des millions de fois chez « E.LECLERC » depuis 10 ans. Là encore l’idée n’est pas de suivre bêtement la mode, mais de proposer un visuel neuf pour attirer l’attention du client.

3. Se différencier

Vous communiquez pour vous démarquer, en jardinerie les marques qui ont connus les développements les plus rapides et les plus fort sont celles qui ont chamboulées les codes en leurs temps. Vous avez le choix d’être novateur ou de suivre ce qui se fait sur le marché. Des professionnels sont à votre écoute et seront force de proposition en analysant le marché et les besoins de l’entreprise. N’oubliez pas qu’il est souvent plus facile de trouver de nouvelles idées en ayant un œil neuf sur votre entreprise.

4. Choix photo

Parfois négligé à tort, le choix photo est primordial pour la vente et le conseil en végétaux. Dans certains secteurs l’achat d’art (photos…) peut se négocier à prix d’or pour la simple raison qu’il projettera l’utilisateur dans l’utilisation du produit. Heureusement dans le secteur horticole le choix photo peut se faire parmi d’immenses photothèques comme celle d’Horticolor et se retrouve souvent fusionné aux frais de création et dépends de la quantité de produits à imprimer. Le critère à prendre en compte également est la fréquence de mise à jour de la base, les photos d’aujourd’hui n’ont pas le même impact que les photos des années 80.

5. Créer une communication globale
Enfin il faut prendre en compte le fait qu’une bonne communication ne peut se faire que si elle cohérente par rapport au marché, à la réalité de la vente en jardinerie et par rapport à ses différents supports. Une bonne marque végétale peut être considéré comme une planète en harmonie dans un univers de vente. Elle à la fois autonome et en échange avec le client et l’espace de vente qui lui attribué. L’agence peut alors proposer de créer des ILV et des outils d’aide à la vente. Elle doit pour cela être en relation avec les chefs de rayons qui eux ont un réel aperçu des communications efficace. Par exemple Horticolor rencontre aléatoirement et régulièrement des chefs de rayons de jardinerie afin d’échanger avec eux sur les meilleurs moyens de communication.

Contactez moi pour plus d’infos
Guillaume VERDEGAY
Horticolor :
Nous contacter
12, espace Henry Vallée – 69007 LYON

Fleurs en poche, la reconnaissance de flore sauvage pour Iphone

Il y a des applications Iphone que j’ai toujours attendu, celles qui permettrai en un clic de reconnaitre une plante, une fleur ou un arbre. Parce qu’un livre est souvent volumineux et que la découverte d’une plante est souvent inattendu il est très intéressant d’avoir accès immédiatement à l’information souhaité sans s’embarrasser de tous les encombrants guides et autres livres nature.

Ce que propose Antiopa c’est la possibilité de reconnaitre par clés de détermination les principales variétés de la fl

ore sauvage. On a ainsi différents modes de recherches pour arriver à ses fins.

Critères de recherche:

  • Le mode assistant propose un recherche par :
  • Forme des fleurs
  • Couleurs des fleurs
  • Disposition des fleurs
  • Contour des feuilles ou des folioles
  • Disposition des feuilles

Le mode loupe permet une recherche par nom latin, nom français ou par famille.

Une fois la sélection faite on choisit le mode « montrer ». Plusieurs photos de végétaux apparaissent alors avec la famille, le nom latin et le nom français.Là ou l’application devient vraiment intéressante c’est qu’en cliquant sur l’un des trois on peut afficher les autres plantes ayant le même critère (même famille, même genre).

En touchant la photo on affiche le menu détail. Il est assez basique niveau botanique mais étonnamment complet pour une application « grand public ». On trouve ainsi des informations sur la taille de la plante, l’époque de floraison, la couleur, la taille des fleurs et une description détaillé de la fleur.

Le dernier mode est une liste présentant des miniatures de photos que l’on peut ranger par nom latin par nom français ou par espèces.

J’avoue avoir été agréablement surpris par cette application. La prise en main est rapide, les photos de bonnes qualités et les informations assez détaillées. Le prix actuellement est de 3,99€ ce qui est tout à fait raisonnable lorsque connait le prix d’un guide de flore sauvage. On regrettera peut-être que pour l’instant le choix soit limité uniquement aux fleurs sauvages mais espérons que d’autres initiatives naitront d’ici peu.

J’aime :

  • Coté pratique
  • Pas besoin d’internet pour consulter
  • La qualité des photos
  • La recherche par liste
  • Le lexique pour débutants

J’aime moins :

  • Uniquement flore sauvage
  • Pas de possibilité de sauvegarder son herbier dans une panier

source : Jardishopping

Planter sur son balcon en mode « sans echec »

Quand on habite en appartement ou bien en espace réduit l’un des seuls moyen de fleurir son balcon ou sa terrasse est de mettre des plantes en pots et jardinières. Si vous avez essuyé des échecs il ne faut pas désespérer Vous trouverez dans cet article toutes les informations pour réussir.

Après divers essais plus ou moins concluant, je vais livrer ma recette (infaillible) pour avoir à coup sur un balcon de verdure et fleuri.

Le choix du contenant: Le plus grand possible.

Toujours choisir de grands pots, il faut qu’ils soient haut ( minimum 40 cm) et large (mini 30cm) c’est essentiel pour que la plante se développe. Vous en trouverez en ce moment en grandes surfaces, ou en jardineries (environ 25 €). Vous pourrez ainsi mettre plusieurs plantes à l’intérieur et elles résisteront mieux aux manques d’eau.

Le choix des plantes : Les vivaces

Que vous les achetiez en jardineries (plus cher, meilleur qualité, et bon état) ou en grandes surfaces (moins cher, assoiffés, état moyen) le choix de la plante est primordiale. Pour commencer, laissez tomber les graines, c’est pas cher mais le taux de réussite est assez faible donc on verra plus tard (après plusieurs succès..:)) . Pour ne pas vous tromper je vous incite à choisir des plantes vivaces, elle résistent au gel, coutent moins cher et se développent très rapidement. Pour les reconnaitre c’est très simple, vous les trouverez près loin des plantes fleuries (les trucs de grand-mères, géranium….). Pour les choisir vous devrez vous fier à l’étiquette et à la photo sur le pot car les vivaces s’achètent avec trois feuilles et non fleurie en général. si vous avez un grand pot n’hésitez pas à en prendre 3 ou 4 différentes, ca fera une composition sympa, pensez juste à regarder l’indication de hauteur. Mariez les couleurs de feuillages, et de fleurs. N’hésitez pas à faire des simulations en les plaçant dans votre pot. Sachez que les vivaces sont les plantes les plus faciles à faire pousser, les plus rapides et les plus économiques.

Le terreau et les billes : L eau doit s evacuer.

Le premier ennemi de la plante en pot est l’eau et le manque d’eau. Vous avez peut-être déjà eu cette expérience : vous arrosez régulièrement votre plante pourtant elle ne cesse de baisser la tête et se ramollir. C’est le cas typique d’un excès d’eau, ou plutôt d’une stagnation de l’eau. Il existe un moyen très simple pour remédier à ce problème, tout d’abord, il faut toujours percer sont pot ou cache-pot s’il ne l’est pas déjà. Le moyen le plus simple lorsque l’on a pas tous les outil est de le retourner et frapper avec un tournevis et un marteau. Une fois les 4 ou 5 trous de 3 cm fait, il faut placer les billes d’argiles il ne faut pas à hésiter à remplir 20% du pot en billes, cela permettra à l’eau de s’évacuer facilement et au racines de s’aérer tout en puisant de l’eau. Enfin jetez-moi vos coupelles de grand-mères sous vos pots, c’est moche, ca fait pourrir l’eau et c’est un nid de reproduction pour les moustiques. Un fois cela fait, ajoutez votre terreau (basique) tout en laissant un peu de place pour y mettre vos plantes fraîchement acheté.

Arrosage : 1 a 2 verres d eau tous les 5 jours

Voici sans doute le seul point un peux complexe de la tâche. Une fois encore cette méthode est l’une des plus simple pour garder ses plantes en pots et avoir un rendu vraiment naturel.L’arrosage doit se faire tout de suite après la plantation, puis environ tout les 5 jours au printemps à raison de environ 2 verres d’eau à chaque fois. L’été il vaut mieux arroser tous les 3 jours environ à raison de 1 à 2 verres d’eau à chaque fois. Arrivé à la fin du printemps n’hésitez pas à ajouter un peu d’engrais bio à l’arrosage (en respectant les doses) n’oubliez pas que les plantes ne sont pas dans de la vrai terre et le terreau s’épuise très vite en nutrition. En général il suffit de surveiller la surface de la terre et vérifier qu’elle ne sèche pas complètement sur 2 à 3 cm et le tour est joué.

Au bout de quelques semaines vos vivaces se seront développées et fleuriront de façon assez impressionnantes. L’hiver, la plupart des jeunes tiges sècheront, il restera simplement quelques petites feuilles vertes à la base. Il faudra les laisser et arroser une fois toute les deux semaines si les pots ne prennent pas trop la pluie. Au printemps suivant vous n’aurez rien à faire et vos plantes seront encore plus fleuries et plus touffues.

Récapitulatif :

1 ou 2 grands pots ( 40cm de haut mini et 25cm de large mini). 20 à 30 € le pot si il est design (c’est mieux)

3 à 6 plantes vivaces (2€ à 5€ la plante)

1 sac de terreau universel ( 6 € environ)

1 sac de billes d’argiles ( 7€ environ)

Engrais liquide (facultatif 9€ environ)

A faire :

1 Percer des trous dans les contenants

2 Mettre les billes d’argiles

3 Mettre du terreau

4 Placer les plantes

5 Recouvrir, tasser légèrement

6 Arroser

7 Couper tout ce qui est « mort » pendant l’hiver

 

 

Concours photo de la SNHF saison 2

La Société National d’Horticulture Française vient d’ouvrir la seconde édition de son concours photo de vivace pour amateur du jardin. L’année dernière le gagnant avait reçu son prix par les professionnels de l’horticulture. Cette année la société Horticole Barrault spécialisé dans les plantes en godets (vivaces…) est de nouveau partenaire. L’objectif de ce concours est de promouvoir la connaissance et l’utilisation des végétaux dans les jardins. Il se destine aux amateurs de jardins ainsi qu’aux personnels des  entreprises horticoles et pépinières. Le premier prix est tout de même de 500€  et il peu y avoir jusqu’à 5 gagnants. Pour tous les amoureux du jardin ça vaut le coup d’y jeter un oeil sur le site de la snhf.

SNHF 84 rue de Grenelle 75007 Paris
01 44 39 78 78 info@snhf.org www.snhf.org

, ,

Une appli Iphone pour aujardin.info


Au jardin.info à sortit son application mobile. Elle permet de suivre la rubrique News en temps réel et d’accéder à une grande partie du site via la barre de recherche. Son intérêt à l’heure actuelle est en vérité assez limité car il ne s’agit que d’un « miroir » du site, mais à l’avenir le potentiel est énorme (voir infini??). Pourquoi ne pas intégrer une application d’identification de plantes ou de maladie? soit par clés botaniques, par procédés de reconnaissance photo ? un logiciel de réalité augmenté pour visualiser en temps réel ses futurs végétaux dans le jardin ? J’imagine très bien une utilisation en jardinerie par système de flashcode pour identifier un végétal, avoir des conseils de plantation, une visualisation de la plante à l’âge adulte ? Bref on peut imaginer tout un tas d’utilisations de ces logiciels nomades qui pourrait bien aussi révolutionner notre manière de jardiner et d’accéder à la connaissance des plantes.

L’application est disponible gratuitement depuis l’appstore sur Iphone.

,

Bouturer les geraniums, vidéo


Reprise du blog le coin jardin pour cette fin d’été, j’essaierai de consacrer de nouveau quelques heures par semaine pour la mise à jour des articles. Vous trouverez principalement de nouvelles vidéos jardin, des astuces et essaierai de créer une rubrique photo et insolites.

La vidéo qui suit nous explique pas à pas la bouture des géraniums, rien de plus simple pourtant il est toujours intéressant revenir à la base de la multiplication au jardin, la bouture. Profitez-en c’est la meilleure saison pour les faire.

,

Concours photo de la SNHF

La SNHF à mis en place un concours photo qui aura lieu du 15 Mai au 15 octobre 2009. Il a pour thématique « les plantes vivaces » et a pour objectif de promouvoir la connaissance et l’utilisation des végétaux par les jardiniers amateurs.
Tout le monde peut participer, même les employés de sociétés horticoles, du paysage et des collectivités, le premier prix peut gagner 500€ et sera reçu en réception officielle au siège de la SNHF.


Le règlement et le bulletin de participation sont téléchargeables sur le site internet www.snhf.org . Sinon, vous pouvez les demander auprès du secrétariat de la SNHF (01 44 39 78 78 ou info@snhf.org).