Articles

La nature au cinema : De « Microcosmos » a « 127 heures »

, ,

Qu’elle serve de simple décors ou qu’elle agisse réellement sur les personnages, la nature a toujours inspiré les réalisateurs et avant eux les écrivains. Parfois perçu comme dangereuse dans les films « catastrophe », elle est souvent représenté comme nourricière et rappelle à l’homme sa véritable nature. Par exemple dans les films de Terrence MALICK, elle y a souvent la place d’un personnage à part entière qui suit la trame du scénario en parallèle des personnages.C’est le cas par exemple dans « la ligne rouge » ou dans « Le nouveau monde ».

Un extrait du « Nouveau monde  » de Terrence MALICK

Au-delà de la rivière extrait de Le Nouveau monde

Certains films plus récent ont explorés son aspect profond et intérieur, permettant aux personnages de fuir une société de sur consommation et un avenir tout tracé. C’est le cas dans « Into the wild » de Sean PENN, où le jeune homme de 22 ans incarné par Émile Hirsh fuit une Amérique bourgeoise et urbaine pour rejoindre l’Alaska, le désert de glace américain. Le réalisateur film ici la nature de manière contemplative en s’attardant sur ses grands espaces, on suit le parcours du routard sans perdre une miette des images.

Bande annonce du film « Into the wild »

Il existe encore une ribambelle de films ou la nature à une place première. Dernièrement il y a eu « 127 heures », de Dany Boyle où elle fait subir à un homme coincé entre deux rochers toutes sorte de supplices. Il est intéressant en tout cas de constater que les réalisateurs use de la musique de fond pour créer des scènes naturelles exceptionnelles.

Un extrait de « 127 heures » :

Le dernier extrait que je propose est un documentaire réalisé comme un film. Ses personnages microscopique ont taille humaine et deviennent acteur dans un monde au cœur d’un monde. La réalisation est sublime, la portée philosophique grandiose. Elle nous ramène à ce que nous sommes, un monde microscopique à l’échelle de l’univers.

Un extrait de « Microcosmos »

Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu je post une vidéo d’un poème visuel que j’avais partagé en 2008, ce n’est pas vraiment du cinéma mais c’est intéressant  à voir. Le principe de l’i am poem est de rédiger un poème à la première personne sur un fond musical et un choix de vidéo. Je trouvais celui-ci particulièrement réussit et plein d’espoir. A voir absolument et à partager.

 

The « I am » Poem from Maribel Mendez on Vimeo.

 

Les tomates jardin d’avenir

, ,


Voici un reportage créé par les filmentropes sur un jardin d’insertion professionnel. Le ton est assez léger et comprends quelques témoignage très ARTE. Déco jardin
La première vidéo est un extrait, la deuxième est le film intégral et s’intitule petite révolution près de chez vous, c’est « l’histoire de quelques fruits et légumes, et de ceux qui les produisent, les distribuent ou les mangent », reportage girouette du jardin.

 

Film d’hiver au jardin

, ,

Voici deux vidéos d’hiver aux esprits très différents, la première avec un esprit très traditionnel et une représentation de cette saison assez classique (neige tombante, rameaux recouverts)et musique plutôt classique.

When the Snows Fall from Paul Frederick on Vimeo.

La seconde en revanche, représente l’hiver tel qu’on le voit, le vieux seau du jardin recouvert de glace, le museau frissonnant du chien, la lumière blanche sur les rameaux et même si elle vient à tomber, la neige se pose au sol et reste discrète, un peu comme dans la réalité où dans un hivers, 3 jours peuvent être enneigés et disparaître.

Winter garden from Paul Joy on Vimeo.

Deco jardin.

Tendance, je fais de l’art avec mes plantes.

, , , ,

Le dernier truc Hype pour votre appartement n’est pas le poinsettia de mamie à coté de la télévision. En revanche votre phalaenopsis peut le devenir, comment ? ok, juste pour vous aider, testez un truc, attrapez le premier phalaenopsis le plus proche de votre main droite, pas la gauche se serait maladroit. Tenez-le fièrement devant vous en tendant les deux bras accroché à vos mains, retenez votre souffle et mettez une musique genre film de guerre ou Armageddon. Reprenez place et position, faites pivoter votre pot de 180°. Que se passe-t-il ?
bravo tout est lamentablement parterre, votre phalaenopsis à l’agonie vous invites à aller voir le site de BOSKKE pour commander votre plante à accrocher à l’envers. Vous pourrez enfin admirer votre nouvelle plante ultra design version marcel DUCHAMP 2008.


+


=

Festival international du film d’environnement : vidéos

, , ,


Voici quelques extraits de films et court-métrages diffusé actuellement et jusqu’au 258 novembre à Paris 7 ème pour le festival du film d’environnement. Pour ceux qui sont à Paris (et les autres aussi), je rappelle que l’entrée est gratuite.

J’avoue avoir hâte de voir ce que donne 8, film à plusieurs réalisateurs dont Gus van sant, Jan kounen et Gael garcia Bernal.

Nos enfants nous accuseront…

, ,

Barjac, une commune du Gard, décide d’alerter les pouvoirs publics et les médias en faisant passer la cantine scolaire en Bio et finançant le surcout par le budget de la commune.
Geste politique et symbolique fort, le maire décide d’alerter l’opinion sur les pratiques de notre système faisant primer les intérêts économiques à ceux lié à notre santé et environnementaux. Le film prend plusieurs points de vue, l’écologiste, la mère de famille, l’agriculteur, le maire de commune, il les confrontent, les questionne sur leurs rôles respectifs. Après la bande annonce, il donne envie de se lever et de mettre en place des actions pour consommer autrement… Faire son jardin, aller au marché bio (créer un blog bio… 🙂 )… J’attends avec impatiente de voir le film… pour le lien du site officiel c’est par ici… NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT

Bon a priori il est diffusé à Nantes au Katorza, j’esserai d’y aller…. sinon vu que je suis super sympa, voici les 22 salles ou il est diffusé.

Ces plantes qui communiquent entres elles.

, , ,


Selon une étude américaine du Centre National de recherche sur l’atmosphère (CNAR) les plantes stressées produisent une substance semblable à l’aspirine. Elle permettrait d’agir sur le métabolisme de celles-ci mais se rependrait également dans l’air ambiant pour atteindre d’autres espèces afin de les alerter du danger. Celles-ci auraient alors la capacité à produire plus de protéines afin stimuler leurs défenses biochimiques et réduire les blessures.

Des études précédentes avaient démontré que les plantes dévorées par les animaux étaient elles aussi capable de produire des substances permettant d’alerter les plantes à proximité.

Concrètement, le résultat de ces études devraient permettre de prévenir attaques et autres maladies des plantes pour les traiter rapidement. Cela pourrait être un indicateur de l’état de santé des végétaux, au même titre que le sont les feuilles morte actuellement.

Tout ça me rappelle un peu le film « phénomènes » sortit au mois de juin, on y voyait les plantes sécréter des substances chimiques afin de se débarrasser de son agresseur, l’homme. Au delà du fait que le film ait été un navet, il y avait tout de même un fond à dominante écologique et une photographie superbe.
crédit photo : 2