l’hypertechnologie au service des plantes

, , , ,

Bienvenue dans le futur. Plutôt devrais-je dire, Bienvenue au futur, car en réalité, il est déjà là.

Découvrez les derniers projets technologiques qui vont révolutionner votre approche du jardin. Connecté, productif et sans contrainte, vous pourriez bien vous laisser séduire par tout cet attirail technologique, mais le faut-il vraiment ?

Image par Aclinea

Image par Aclinea

Demain, tous des robots ?

Quand la Nasa himself s’inquiète du futur de notre civilisation, certains prennent les devants et passent à l’action. En 2014, les transhumanistes ont pris le pouvoir médiatique et ont su se faire entendre. Petit à petit, se dessine la vision sociétale des ferrus de technologies, menés par les géants du web comme Google. A grands renforts d’hyper-connectivité, de médecine bionique et d’hommes augmentés, ils façonnent l’image d’un futur en fusion avec la machine..

missing-link-cyborg

Un extrait de l’excellent documentaire d’ARTE sur le transhumanisme résume bien la pensée de ce mouvement, décrit comme une « ambition mortifère » par le philosophe français  Jean-Michel Besnier.

L’alimentation urbaine, un défi : 

La question alimentaire revient  régulièrement sur le devant de la scène. Comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? Avec moins de pétrole, moins d’abeilles et de plus en plus d’urbains ? Le débat devient tellement clivant que deux camps semblent se créer. D’un coté, les partisans du 100% naturel prônant l’autonomie et la résilience énergétique  et de l’autre les partisans technologiques.

Photography by Iwan Baan via Design Boom

Photography by Iwan Baan via Design Boom

Selon les technophiles, nos villes seront amenées à muter, intégrant de la technologies directement dans les infrastructures, à l’image des fermes urbaines et tours agricoles. A l’échelle du citoyen, c’est l’environnement de la maison qui deviendra connecté et qui dit maison, dit jardin.

Alors, futur ou présent ?

Nombre des concepts ci-dessous existent déjà, quand je vous dit que le futur est là.

Les potagers autonomes :

Quand les technophiles s’intéressent au jardin, ils contournent les problèmes de cultures auxquels ils sont confrontés grâce à la magie technologique. Il y a quelques mois, je vous parlais du flower power de Parrot. Ici, les concepts sont poussés beaucoup plus loin, les logiciels agissent directement sur la plante en modifiant les conditions de cultures et les apports nutritifs. Par exemple, le projet Niwa à pour objectif de vous permettre de faire pousser de la nourriture fraîche le plus facilement du monde.

niwa-smartphone-controlled-plant-growing-system-designboom-07

Niwa

De quoi réveiller le mythe du jardin sans contraintes. Enfin presque, disons que pour l’instant, tous ces outils permettent au jardinier de mieux comprendre les besoins de ses plantes et d’agir en conséquence.

Aujourd’hui, des cultures hors-sols trouvent déjà leur place sur les balcons, terrasses et toits des urbains et ce partout dans le monde. Demain, on imagine très bien que la gestion des apports nutritionnels pourra se faire automatiquement et des messages nous informeront en temps réel de l’évolution des cultures.

sproutsIO

sproutsIO

L’objectif avancé par tous ces vendeurs de rêves ? Produire plus, avec moins de produits chimiques et au plus près de chez soi.

sproutsio-aeroponic-microfarming-system-3.jpg.650x0_q85_crop-smart

© SproutsIO

 

Ci-dessus, le projet Sproutsio fait pas mal parler de lui avec son look futuriste et son mode de culture hors-sol. Evidement, tout est contrôlable par smartphone.

 

edyn-garden-designboom02

©EDYN

La domotique (maison connectée…) n’a de cesse de s’améliorer et nous promet un avenir radieux grâce au contrôle permanent et instantané de notre environnement. Le projet EDYN propose un meilleur contrôle de l’environnement extérieur et une meilleure compréhension des besoins des végétaux. Il comprend un capteur de luminosité, d’hygrométrie et d’humidité du sol. Il est relié à une arrivée d’eau qui apporte juste les besoins nécessaires. Un premier pas vers la robotisation des cultures à l’échelle du particulier.

Introducing Edyn from Edyn on Vimeo.

Les Fermes urbaines :

Partout sur la planète, naissent des projets de fermes urbaines. Certaines sont collaboratives, d’autres liées à l’industrie. L’un des derniers projets en date à faire le tour du web est celui de l’agence OVA studio.

hive-inn-city-farm.jpg.650x0_q85_crop-smart

© OVA studio

Le projet de cette agence de Design, est de convertir des conteneurs en éléments permettant d’accueillir les cultures. Ils seraient empilables et modulables à souhait.

© OVA studio

© OVA studio

Cette ferme produit 10 000 laitues par jour :

Pour faire face à l’énorme demande de nourriture suite à la catastrophe de Fukushima, une ferme entièrement équipé de LED a été créée. Selon son créateur, Shigeharu Shimamura, 17 000 LED ont été nécessaire à l’élaboration d’immenses planches de cultures hydroponiques.  Le plus inquiétant est que ce système de culture est plus sain que la culture en fermes traditionnelles, car les récoltes y sont potentiellement exposés aux radiations nucléaires.

GE-LED-lights-indoor-farm.jpg.662x0_q100_crop-scale

ferme-salade-led

 

Tout ceci n’est qu’une petite sélection des dernières innovations et projets qui promettent de révolutionner notre approche du jardin, des plantes et de l’alimentation. Effet de mode ou véritable nouvelle approche du jardinage, il est peut-être trop tôt pour le dire. Simplement, quand tous ces systèmes seront accessibles en prix, je ne serai pas étonné de les voir se développer chez les urbains, qui, limités par la place et en recherche d’une nature intuitive, abondante et propre, pourraient se laisser séduire par cet apport technologique.

Si vous voulez voir d’autres projets dans cette mouvance du jardin technologique, suivez mon tableau Pinterest intitulé INTERSTELLAR GARDEN.

Et si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de le partager sur Facebook et les réseaux sociaux.
Abonnez-vous au tableau INTERSTELLAR GARDEN de Le coin jardin sur Pinterest.

Pot Anti-gel ZITIF par SOLINNOVV

, , , , ,

Le pot Zitif est la création d’une jeune société lyonnaise qui a pour ambition de protéger les plantes du gel.

Une résistance chauffe une réserve d’eau contenu dans la double paroi et crée une protection efficace pour les plantes sensibles au froid.

zitif pot anti-gel

zitif pot anti-gel

La réserve d’eau joue son rôle en été et se remplit très facilement grâce à son système de récupération de pluie.

Capture d’écran 2014-07-24 à 10.03.28

Système de récupération d'eau de pluie et résistance chauffante

Système de récupération d’eau de pluie et résistance chauffante

Pour compléter le tout, un astucieux système de fixation permet d’accrocher très facilement un voile d’hivernage.

Système d'accroche du voile d'hivernage

Système d’accroche du voile d’hivernage

“Je suis un passionné de palmiers et lors de mes voyages autour du monde, j’avais ramené quelques spécimens. A l’hiver 2012, le froid fut particulièrement violent et j’ai perdu des plantes que j’avais sur ma terrasse, faute d’avoir de place pour les rentrer. Je travaillais à l’époque sur des systèmes chauffants, j’ai donc commencé à travailler sur mon idée”.

La résistance est alimenté sur secteur grâce à un système à basse consommation, la jeune entreprise travaille sur l’élaboration d’un système à énergie solaire, mais pas avant 3 ans nous précise Mathieu MARTINAT, son créateur.

Le produit sera disponible en septembre dans certaines jardineries Lyonnaises, je souhaite bonne chance à cette innovation et espère voir bientôt ce produit dans d’autres régions.

Pour plus d’informations, contact@zitif.fr.

LES PREMIÈRES PLANTES FLUORESCENTES EN VENTE AUX ETATS-UNIS

, , , , ,

Cela peut paraître dingue mais les premières plantes Bio-luminescentes sont bien là. Découvrez deux projets qui ont permis de créer les premières plantes fluorescentes au monde. L’un est commercial et l’autre collaboratif. Bienvenue dans le futur. Lire la suite

UN POTAGER SUR MARS A L ETUDE

, ,

Après le jardinage urbain, le jardinage Extra-terrestre. 

Dans le cadre d’un projet visant à développer une colonie sur mars en 2032, des scientifiques Hollandais ont réalisé une expérience scientifique afin de réaliser une culture sur le sol martien.

Les test ont été réalisés avec trois types d’échantillons : les premiers pots contenaient du substrat similaire à celui que l’on trouve sur la lune, les deuxièmes un substrat terrien et les troisièmes un martien. Bien sur, il ne s’agit que de mélanges approchant les caractéristiques de Mars et de la lune.

  Lire la suite