, , , ,

Cultiver le jardin de la sérendipité, c’est quoi ce Hasard ?

La sérendipité. Peut-être avez-vous déjà entendu ce mot ? Découvrez comment ce concept peut vous aider à créer des jardins plus naturels et à comprendre le fonctionnement de votre écosystème.

Découvrir ce que l’on ne cherchait pas en s’en remettant au hasard. Voilà comment pourrait être définit ce terme.  De nombreuses découvertes scientifiques ont pour origine des processus mettant en oeuvre la sérendipité. Porter une attention particulière sur un détail découvert au hasard, creuser un sujet qui se présente de façon inopiné dans un domaine de recherche que l’on ne connait pas ou peu. Depuis quelques années ce terme est de plus en plus mis en avant, avec notamment le développement du web.

Crédit : http://serendipite-systematique.fr/serendipi-quoi/#

Crédit : http://serendipite-systematique.fr/serendipi-quoi/#

Car oui, surfer sur le web nous amène régulièrement à nous en remettre à la sérendipité, en allant de découvertes en découvertes. Avec parfois, l’idée que l’on perd son temps, peut-être n’est-ce qu’une apparence.Le processus nous éclaire sur des sujets divers, qu’ils soient de la vie quotidienne ou du monde des découvertes.

La sérendipité est originellement le fait de réaliser une découverte scientifique ou une invention technique de façon inattendue, accidentelle, à la suite d’un concours de circonstances fortuit et très souvent dans le cadre d’une recherche concernant un autre sujet.

Wikipedia.

 

Le processus est composé de plusieurs phases :

  •  L’identification par hasard d’un sujet intéressant à étudier sans préjuger sur son apparence.
  •  Etre étonné et accepter la surprise de la découverte d’une idée.
  •  Interpréter cette idée en lui associant un message à creuser ou en établissant une hypothèse.
  •  Vérifier le résultat des recherches en utilisant un processus rationnel de test et de croisement des informations.

Le concept ne s’oppose pas à la rationalité, il la nourrit en faisant travailler ensemble, la subjectivité, la mémoire, l’esthétique et le raisonnement.

Les germes des grandes découvertes flottent en permanence autour de nous mais ne prennent racine que dans des esprits bien préparés à les recevoir.

Joseph HENRY.

 

Les plus grandes découvertes résultent de la remise en cause du système et bien souvent d’une bonne dose de hasard. Celui-ci n’ayant par définition pas de cadre établit, il mène à toutes sortes de résultats, dont certains sont immédiatement délaissés. Parfois, l’étude de ces résultats « poubelle » montrent une certaine régularité. Un résultat récurrent ne pouvant être dû au hasard, sa compréhension offre des possibilités d’étude nouvelle.

A écouter, « la tête au carré », l’émission scientifique de France Inter s’intéresse sérieusement à la sérendipité et nous expose en quoi elle consiste.

Les détails anodins sont les plus significatifs :

Le personnage de Sherlock Holmes utilise régulièrement la sérendipité pour mener ses enquêtes. Dans cette scène, il utilise son intuition pour détecter les anomalies et détails infimes et en tire des hypothèses. Ici, c’est une prétendante de Watson qui en fera les frais.

Comment utiliser la sérendipité au jardin ?

Mon avis est qu’au jardin, il est tout à fait possible de mettre en oeuvre ce type de processus. De plus, la plupart des jardiniers le font sans le savoir. En voici les raisons :

1. De base, votre connaissance est limitée :

Quel que soit votre niveau d’érudition, acceptez l’idée que vous ne connaissez que bien peu de choses sur le fonctionnement de la nature et de votre jardin. Malgré vos connaissances en jardin, biologie, botanique ou géométrie, vous devez accepter que l’on ne peut pas tout connaitre.

Combien de milliers d’espèces de plantes, champignons, insectes habitent votre jardin? Les connaissez-vous toutes ? Sauriez-vous décrire leurs interactions ?

Comme vous ne connaissez pas tout, soyez porté sur la découverte et faites preuve de curiosité, c’est un excellent moteur en milieu inconnu. Fiez-vous à votre intuition et sortez des sentiers battus.

2. L’art d’observer les détails, au hasard :mousse jardin

En vous plaçant au milieu de votre jardin vous ne verrez que ce que vous voulez voir, les plus gros éléments, les plus fleuris… Ils peuvent vous apporter des informations, mais observez plutôt les détails, les toutes petites choses, les insectes, les petites fleurs sauvages… Soyez le Sherlock de la nature, à la clé vous résoudrez l’énigme de l’écosystème de votre jardin.

Acceptez cependant d’avoir une vision partielle, car même si vous ne le voyez pas, un potentiel de renouveau s’apprête à être libéré avec les graines, les insectes… L’écosystème du jardin est complexe et composé d’un nombre d’intervenants bien supérieur à ce que vous pouvez voir.

Dans ces conditions, identifier tous les facteurs qui influent sur l’écosystème de votre jardin peut s’avérer complexe, alors observez ce qui est autour de vous, du plus petit élément au plus grand.

Commencez par ce qui vous interpelle.

3. Au jardin, il n’y a pas de hasard alors faites des hypothèses:

63

Bien que le hasard régisse en fond le fonctionnement du jardin (pollinisation, graines portées par le vent…), son développement ne semble pas être régit par le hasard. Le développement spectaculaire de l’angélique dans un coin du jardin ne tient pas au hasard. En regardant de plus près, il apparaît que le sol, l’exposition et les conditions climatiques sont réunis pour assurer la bonne germination de la graine et la croissance de la plante. Toutes ces caractéristiques sont importantes à connaître pour savoir comment agir sur son sol et sur son jardin.

Profitez-en pour explorer votre jardin comme un territoire inconnu. Attardez-vous sur un plante sauvage, le hasard l’a peut-être déposé ici ? Par là, elle semble être présente en grand nombre, cela à sans doute du sens.  Faîtes par exemple des hypothèses sur les différents types de sols. Ici une zone humide, là une partie sèche, un sol profond et limoneux par là etc.

4. Vérifier, rechercher et découvrir  :

Faîtes des recherches, sans forcément vous focaliser sur une information en particulier. Après quelques minutes vous récolterez de précieuses données sur la nature du sol, l’intérêt esthétique ou culinaire d’une plante. C’est justement à cet instant qu’il faut rester ouvert à la découverte de nouvelles choses. Par la recherche d’autres plantes vivant dans le même milieu, vous découvrirez peut-être qu’une espèce que vous n’aviez pas remarquée offre une floraison de fin d’été impressionnante. En retournant au jardin, vous pourrez la reconnaître et lui laisser un espace pour qu’elle s’installe davantage.

Voilà une très bonne expression de la sérendipité au jardin, vous cherchiez des informations concernant une plante, au final vous aurez découvert d’autres plantes plus intéressantes.

5. Changer de regard pour changer de jardin :DSC02528

A mesure que vous connaîtrez vos plantes sauvages, vous découvrirez que le jardin s’organise souvent seul pour régler ses problèmes. Un coin ou rien ne pousse, mériterait peut-être d’être laissé tranquille quelques temps. Une flore spontanée pourra s’installer et se chargera d’équilibrer un manque d’humus, de dé-compacter un sol etc… De plus, vous pourriez être étonné d’y voir une plante qui ne pousserait nulle part ailleurs dans le jardin. Bien sur vous veillerez à limiter le développement de plantes dérangeantes, comportant peu d’intérêt.

Mieux comprendre les différentes interactions d’un écosystème permet d’agir au jardin de façon plus sereine et d’y porter davantage d’attention.

Ainsi, avec de l’entrainement vous serez étonné de la rapidité avec laquelle vous pourrez poser vos diagnostiques sur un environnement nouveau.

 

Porter son attention sur l’inattendu. Sortir des sentiers battus. Changer de regard. Changer son jardin.

Au jardin, l’inattendue est à chaque coin de massif, dans chaque graine, chaque bourgeon, chaque nouvelle fleur. Au printemps, le potentiel de diversité s’apprête à être libéré et à couvrir l’espace d’une matrice végétale et structurante.

1 réponse
  1. Hervé MARTIN
    Hervé MARTIN dit :

    Bonjour Guillaume,
    le « jardin de la sérendipité » c’est une nouvelle voie, par la face Nord : inexplorée et irrésistiblement attirante…
    Je ne peux qu’encourager l’exigence de ton approche en te souhaitant de belles découvertes, pour ton entreprise, et pour tes clients !
    Merci pour ta visite chez JARDIN4D,
    Amitiés

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *