A nice entry

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.

Nulla consequat massa quis enim. Donec pede justo, fringilla vel, aliquet nec, vulputate eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo. Nullam dictum felis eu pede mollis pretium. Integer tincidunt. Cras dapibus. Vivamus elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae, eleifend ac, enim.

Lire la suite

l’hypertechnologie au service des plantes

Bienvenue dans le futur. Plutôt devrais-je dire, Bienvenue au futur, car en réalité, il est déjà là.

Découvrez les derniers projets technologiques qui vont révolutionner votre approche du jardin. Connecté, productif et sans contrainte, vous pourriez bien vous laisser séduire par tout cet attirail technologique, mais le faut-il vraiment ?

Image par Aclinea

Image par Aclinea

Demain, tous des robots ?

Quand la Nasa himself s’inquiète du futur de notre civilisation, certains prennent les devants et passent à l’action. En 2014, les transhumanistes ont pris le pouvoir médiatique et ont su se faire entendre. Petit à petit, se dessine la vision sociétale des ferrus de technologies, menés par les géants du web comme Google. A grands renforts d’hyper-connectivité, de médecine bionique et d’hommes augmentés, ils façonnent l’image d’un futur en fusion avec la machine..

missing-link-cyborg

Un extrait de l’excellent documentaire d’ARTE sur le transhumanisme résume bien la pensée de ce mouvement, décrit comme une « ambition mortifère » par le philosophe français  Jean-Michel Besnier.

L’alimentation urbaine, un défi : 

La question alimentaire revient  régulièrement sur le devant de la scène. Comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? Avec moins de pétrole, moins d’abeilles et de plus en plus d’urbains ? Le débat devient tellement clivant que deux camps semblent se créer. D’un coté, les partisans du 100% naturel prônant l’autonomie et la résilience énergétique  et de l’autre les partisans technologiques.

Photography by Iwan Baan via Design Boom

Photography by Iwan Baan via Design Boom

Selon les technophiles, nos villes seront amenées à muter, intégrant de la technologies directement dans les infrastructures, à l’image des fermes urbaines et tours agricoles. A l’échelle du citoyen, c’est l’environnement de la maison qui deviendra connecté et qui dit maison, dit jardin.

Alors, futur ou présent ?

Nombre des concepts ci-dessous existent déjà, quand je vous dit que le futur est là.

Les potagers autonomes :

Quand les technophiles s’intéressent au jardin, ils contournent les problèmes de cultures auxquels ils sont confrontés grâce à la magie technologique. Il y a quelques mois, je vous parlais du flower power de Parrot. Ici, les concepts sont poussés beaucoup plus loin, les logiciels agissent directement sur la plante en modifiant les conditions de cultures et les apports nutritifs. Par exemple, le projet Niwa à pour objectif de vous permettre de faire pousser de la nourriture fraîche le plus facilement du monde.

niwa-smartphone-controlled-plant-growing-system-designboom-07

Niwa

De quoi réveiller le mythe du jardin sans contraintes. Enfin presque, disons que pour l’instant, tous ces outils permettent au jardinier de mieux comprendre les besoins de ses plantes et d’agir en conséquence.

Aujourd’hui, des cultures hors-sols trouvent déjà leur place sur les balcons, terrasses et toits des urbains et ce partout dans le monde. Demain, on imagine très bien que la gestion des apports nutritionnels pourra se faire automatiquement et des messages nous informeront en temps réel de l’évolution des cultures.

sproutsIO

sproutsIO

L’objectif avancé par tous ces vendeurs de rêves ? Produire plus, avec moins de produits chimiques et au plus près de chez soi.

sproutsio-aeroponic-microfarming-system-3.jpg.650x0_q85_crop-smart

© SproutsIO

 

Ci-dessus, le projet Sproutsio fait pas mal parler de lui avec son look futuriste et son mode de culture hors-sol. Evidement, tout est contrôlable par smartphone.

 

edyn-garden-designboom02

©EDYN

La domotique (maison connectée…) n’a de cesse de s’améliorer et nous promet un avenir radieux grâce au contrôle permanent et instantané de notre environnement. Le projet EDYN propose un meilleur contrôle de l’environnement extérieur et une meilleure compréhension des besoins des végétaux. Il comprend un capteur de luminosité, d’hygrométrie et d’humidité du sol. Il est relié à une arrivée d’eau qui apporte juste les besoins nécessaires. Un premier pas vers la robotisation des cultures à l’échelle du particulier.

Introducing Edyn from Edyn on Vimeo.

Les Fermes urbaines :

Partout sur la planète, naissent des projets de fermes urbaines. Certaines sont collaboratives, d’autres liées à l’industrie. L’un des derniers projets en date à faire le tour du web est celui de l’agence OVA studio.

hive-inn-city-farm.jpg.650x0_q85_crop-smart

© OVA studio

Le projet de cette agence de Design, est de convertir des conteneurs en éléments permettant d’accueillir les cultures. Ils seraient empilables et modulables à souhait.

© OVA studio

© OVA studio

Cette ferme produit 10 000 laitues par jour :

Pour faire face à l’énorme demande de nourriture suite à la catastrophe de Fukushima, une ferme entièrement équipé de LED a été créée. Selon son créateur, Shigeharu Shimamura, 17 000 LED ont été nécessaire à l’élaboration d’immenses planches de cultures hydroponiques.  Le plus inquiétant est que ce système de culture est plus sain que la culture en fermes traditionnelles, car les récoltes y sont potentiellement exposés aux radiations nucléaires.

GE-LED-lights-indoor-farm.jpg.662x0_q100_crop-scale

ferme-salade-led

 

Tout ceci n’est qu’une petite sélection des dernières innovations et projets qui promettent de révolutionner notre approche du jardin, des plantes et de l’alimentation. Effet de mode ou véritable nouvelle approche du jardinage, il est peut-être trop tôt pour le dire. Simplement, quand tous ces systèmes seront accessibles en prix, je ne serai pas étonné de les voir se développer chez les urbains, qui, limités par la place et en recherche d’une nature intuitive, abondante et propre, pourraient se laisser séduire par cet apport technologique.

Si vous voulez voir d’autres projets dans cette mouvance du jardin technologique, suivez mon tableau Pinterest intitulé INTERSTELLAR GARDEN.

Et si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de le partager sur Facebook et les réseaux sociaux.
Abonnez-vous au tableau INTERSTELLAR GARDEN de Le coin jardin sur Pinterest.

Cultiver le jardin de la sérendipité, c’est quoi ce Hasard ?

La sérendipité. Peut-être avez-vous déjà entendu ce mot ? Découvrez comment ce concept peut vous aider à créer des jardins plus naturels et à comprendre le fonctionnement de votre écosystème.

Découvrir ce que l’on ne cherchait pas en s’en remettant au hasard. Voilà comment pourrait être définit ce terme.  De nombreuses découvertes scientifiques ont pour origine des processus mettant en oeuvre la sérendipité. Porter une attention particulière sur un détail découvert au hasard, creuser un sujet qui se présente de façon inopiné dans un domaine de recherche que l’on ne connait pas ou peu. Depuis quelques années ce terme est de plus en plus mis en avant, avec notamment le développement du web.

Crédit : http://serendipite-systematique.fr/serendipi-quoi/#

Crédit : http://serendipite-systematique.fr/serendipi-quoi/#

Car oui, surfer sur le web nous amène régulièrement à nous en remettre à la sérendipité, en allant de découvertes en découvertes. Avec parfois, l’idée que l’on perd son temps, peut-être n’est-ce qu’une apparence.Le processus nous éclaire sur des sujets divers, qu’ils soient de la vie quotidienne ou du monde des découvertes.

La sérendipité est originellement le fait de réaliser une découverte scientifique ou une invention technique de façon inattendue, accidentelle, à la suite d’un concours de circonstances fortuit et très souvent dans le cadre d’une recherche concernant un autre sujet.

Wikipedia.

 

Le processus est composé de plusieurs phases :

  •  L’identification par hasard d’un sujet intéressant à étudier sans préjuger sur son apparence.
  •  Etre étonné et accepter la surprise de la découverte d’une idée.
  •  Interpréter cette idée en lui associant un message à creuser ou en établissant une hypothèse.
  •  Vérifier le résultat des recherches en utilisant un processus rationnel de test et de croisement des informations.

Le concept ne s’oppose pas à la rationalité, il la nourrit en faisant travailler ensemble, la subjectivité, la mémoire, l’esthétique et le raisonnement.

Les germes des grandes découvertes flottent en permanence autour de nous mais ne prennent racine que dans des esprits bien préparés à les recevoir.

Joseph HENRY.

 

Les plus grandes découvertes résultent de la remise en cause du système et bien souvent d’une bonne dose de hasard. Celui-ci n’ayant par définition pas de cadre établit, il mène à toutes sortes de résultats, dont certains sont immédiatement délaissés. Parfois, l’étude de ces résultats « poubelle » montrent une certaine régularité. Un résultat récurrent ne pouvant être dû au hasard, sa compréhension offre des possibilités d’étude nouvelle.

A écouter, « la tête au carré », l’émission scientifique de France Inter s’intéresse sérieusement à la sérendipité et nous expose en quoi elle consiste.

Les détails anodins sont les plus significatifs :

Le personnage de Sherlock Holmes utilise régulièrement la sérendipité pour mener ses enquêtes. Dans cette scène, il utilise son intuition pour détecter les anomalies et détails infimes et en tire des hypothèses. Ici, c’est une prétendante de Watson qui en fera les frais.

Comment utiliser la sérendipité au jardin ?

Mon avis est qu’au jardin, il est tout à fait possible de mettre en oeuvre ce type de processus. De plus, la plupart des jardiniers le font sans le savoir. En voici les raisons :

1. De base, votre connaissance est limitée :

Quel que soit votre niveau d’érudition, acceptez l’idée que vous ne connaissez que bien peu de choses sur le fonctionnement de la nature et de votre jardin. Malgré vos connaissances en jardin, biologie, botanique ou géométrie, vous devez accepter que l’on ne peut pas tout connaitre.

Combien de milliers d’espèces de plantes, champignons, insectes habitent votre jardin? Les connaissez-vous toutes ? Sauriez-vous décrire leurs interactions ?

Comme vous ne connaissez pas tout, soyez porté sur la découverte et faites preuve de curiosité, c’est un excellent moteur en milieu inconnu. Fiez-vous à votre intuition et sortez des sentiers battus.

2. L’art d’observer les détails, au hasard :mousse jardin

En vous plaçant au milieu de votre jardin vous ne verrez que ce que vous voulez voir, les plus gros éléments, les plus fleuris… Ils peuvent vous apporter des informations, mais observez plutôt les détails, les toutes petites choses, les insectes, les petites fleurs sauvages… Soyez le Sherlock de la nature, à la clé vous résoudrez l’énigme de l’écosystème de votre jardin.

Acceptez cependant d’avoir une vision partielle, car même si vous ne le voyez pas, un potentiel de renouveau s’apprête à être libéré avec les graines, les insectes… L’écosystème du jardin est complexe et composé d’un nombre d’intervenants bien supérieur à ce que vous pouvez voir.

Dans ces conditions, identifier tous les facteurs qui influent sur l’écosystème de votre jardin peut s’avérer complexe, alors observez ce qui est autour de vous, du plus petit élément au plus grand.

Commencez par ce qui vous interpelle.

3. Au jardin, il n’y a pas de hasard alors faites des hypothèses:

63

Bien que le hasard régisse en fond le fonctionnement du jardin (pollinisation, graines portées par le vent…), son développement ne semble pas être régit par le hasard. Le développement spectaculaire de l’angélique dans un coin du jardin ne tient pas au hasard. En regardant de plus près, il apparaît que le sol, l’exposition et les conditions climatiques sont réunis pour assurer la bonne germination de la graine et la croissance de la plante. Toutes ces caractéristiques sont importantes à connaître pour savoir comment agir sur son sol et sur son jardin.

Profitez-en pour explorer votre jardin comme un territoire inconnu. Attardez-vous sur un plante sauvage, le hasard l’a peut-être déposé ici ? Par là, elle semble être présente en grand nombre, cela à sans doute du sens.  Faîtes par exemple des hypothèses sur les différents types de sols. Ici une zone humide, là une partie sèche, un sol profond et limoneux par là etc.

4. Vérifier, rechercher et découvrir  :

Faîtes des recherches, sans forcément vous focaliser sur une information en particulier. Après quelques minutes vous récolterez de précieuses données sur la nature du sol, l’intérêt esthétique ou culinaire d’une plante. C’est justement à cet instant qu’il faut rester ouvert à la découverte de nouvelles choses. Par la recherche d’autres plantes vivant dans le même milieu, vous découvrirez peut-être qu’une espèce que vous n’aviez pas remarquée offre une floraison de fin d’été impressionnante. En retournant au jardin, vous pourrez la reconnaître et lui laisser un espace pour qu’elle s’installe davantage.

Voilà une très bonne expression de la sérendipité au jardin, vous cherchiez des informations concernant une plante, au final vous aurez découvert d’autres plantes plus intéressantes.

5. Changer de regard pour changer de jardin :DSC02528

A mesure que vous connaîtrez vos plantes sauvages, vous découvrirez que le jardin s’organise souvent seul pour régler ses problèmes. Un coin ou rien ne pousse, mériterait peut-être d’être laissé tranquille quelques temps. Une flore spontanée pourra s’installer et se chargera d’équilibrer un manque d’humus, de dé-compacter un sol etc… De plus, vous pourriez être étonné d’y voir une plante qui ne pousserait nulle part ailleurs dans le jardin. Bien sur vous veillerez à limiter le développement de plantes dérangeantes, comportant peu d’intérêt.

Mieux comprendre les différentes interactions d’un écosystème permet d’agir au jardin de façon plus sereine et d’y porter davantage d’attention.

Ainsi, avec de l’entrainement vous serez étonné de la rapidité avec laquelle vous pourrez poser vos diagnostiques sur un environnement nouveau.

 

Porter son attention sur l’inattendu. Sortir des sentiers battus. Changer de regard. Changer son jardin.

Au jardin, l’inattendue est à chaque coin de massif, dans chaque graine, chaque bourgeon, chaque nouvelle fleur. Au printemps, le potentiel de diversité s’apprête à être libéré et à couvrir l’espace d’une matrice végétale et structurante.

Anais s’en va-t-en guerre, un film exceptionnel

C’est l’histoire d’Anais, une passionnée de plantes qui décide de s’installer pour faire pousser ses plantes et vendre ses productions sous forme de tisanes.7376090-anais-s-en-va-t-en-guerre-seule-contre-tous

Le film met en avant le combat d’un jeune femme à la fois déterminée et en proie au doute. Face aux administrations, proches, clients elle affiche un parlé désarmant de sincérité et de pugnacité. La réalisation est remarquable pour un documentaire de tv locale, la beauté et la simplicité des environnements dans lesquels Anais évolue se marient parfaitement à un bande son Folk et moderne.

Il m’a dit que j’étais une nana, jeune, qui venait de la ville et qu’en plus j’étais mignonne. Donc que j’avais rien à foutre dans les champsanais-s-en-va-t-en-guerre-904

Réalisé pour RennesTv par Marion GERVAIS, le documentaire connait depuis quelques semaines un engouement très fort sur les réseaux sociaux. Une levée de fonds participative a été organisé au printemps, résultats, 400% de financements pour « les tisanes d’anais » sur la plateforme de financement ulule . Vous pouvez découvrir le parcours atypique d’Anaïs sur son site web.

Grâce aux financement des internautes, Anais va pouvoir s’installer plus facilement et vendre ses produits sereinement.ob_0386d2_side-4669211-3-jpg92

Le film à su toucher par sa justesse et l’on se prend volontiers d’affection pour ce petit bout de femme, besogneuse et déterminé. Il permet de s’interroger également sur les difficultés d’installations en exploitation agricole et le soutient relatif que les institutions offrent aux jeunes.

Je vous laisse regarder cet excellent documentaire et vous invite à le partager sur les réseaux sociaux.