Cela peut paraître dingue mais les premières plantes Bio-luminescentes sont bien là. Découvrez deux projets qui ont permis de créer les premières plantes fluorescentes au monde. L’un est commercial et l’autre collaboratif. Bienvenue dans le futur.

BIOGLOW, Les pionniers:

glowing plantsLe chercheur Alex Krichevsky et l’entrepreneur Tal Eidelberg travaillent depuis 6 ans à la création de cette plante bio-luminescente. En 2010 ils publiaient dans la revue scientifique « PLOS one » un article sur leurs avancées en terme de création des premières plantes bio-luminescentes.

bioglow

« Starlight AVATAR »

En janvier 2014, ils annoncent que ‘Starlight Avatar’ est la première plante auto-luminescente au monde. Il est déjà possible de commander des exemplaires via le site de « BIOGLOW ». N’y mettez pas trop d’espoir cependant, il y a seulement 20 exemplaires mis en vente. Si vous vous inscrivez, vous découvrirez une clause intéressante qui vous interdit d’utiliser la plante à des fins de recherches ou commerciales. Il vrai que « BIOGLOW » à investit 2 millions de dollars dans ce projet, ils verrouillent leur produit. Si cette clause vous révulse, allez faire un tour en bas de cet article et découvrez le projet open source « Glowing plant ».

Intégration d’un gêne animal dans une plante :

Le procédé permettant la création des plantes bio-luminescente est envisagé depuis longtemps. Par exemple pour les animaux on insère une enzyme (la luciferase) que l’on trouve par exemple dans les lucioles et l’on doit s’assurer qu’elle entre en contact avec de la luciferine. Ainsi un phénomène d’oxydation crée un photon.
Chez les animaux, la présence de Luciférine est constaté dans plus de 300 espèces et des manipulations génétiques ont permis de transférer cette capacités sur des rats et même des chats.
Pour les plantes c’est plus complexe et jusqu’à présent les chercheurs n’étaient pas parvenus à maintenir la Luciférine dans les végétaux mais après 30 ans de recherches sur les gènes, ceux de la luciférine ont été séquencé et implantés dans les plants de tabac.

glowing-plant-image

La recherche avait débuté dans les années 80, mais sans le séquençage des gênes de la Luciférine, impossible de maintenir l’effet dans la plante. Selon « Bioglow », au cours des 30 dernières années, plusieurs cas de plantes présentant une forme de luminescence ont été présentées au public. Cependant, aucune n’étaient stable et devaient soit être exposées à des rayons ultra-violet, soit recouvert d’une peinture luminescente, il s’agit ici du premier cas autonome de génération de lumière. Ce propos est à nuancer car aujourd’hui d’autres projets possèdent de solides prototypes, « Glowing Plant » par exemple, voir ci-dessous.

« Bioglow » veut sauver la planète :

people_LargeTrees_feat

« L’action de Bioglow est dédiée à l’élaboration d’une énergie plus propre, durable et abordable »
Evidemment, les retombées commerciales de ce genres de recherches peuvent être colossales si l’on parvient à transposer ce phénomène sur un grand nombre de plantes. Ainsi, selon Bioglow, à l’avenir il peut être envisageable de remplacer l’éclairage électrique des villes par des végétaux bio-luminescents. Cette idée donne le vertige, semble formidable, effraie un peu aussi  mais aurait l’avantage de réduire significativement nos consommations d’énergies.  Actuellement, selon l’Ademe, l’équivalent d’un réacteur nucléaire soit 1.260 MW seraient nécessaire pour éclaire nos villes et nos campagnes. .Reste bien sûre à mesurer l’impact d’une telle manipulation génétique sur l’environnement, les autres plantes, les animaux et les populations.

« Glowing Plant », Le projet collaboratif qui fait trembler « Bioglow »:

dnews-files-2013-05-glowing_plant_bioluminescent_660x433-jpg

« GLowing Plant » est un autre projet qui a fait beaucoup parlé dans les médias et a été lancé sur la plateforme de financement collaboratif « Kickstarter ». Avec un objectif de 60 000 dollars, ils ont récoltés à l’heure actuelle plus de 484.000 dollars. Ils en sont au stade du prototype et proposent déjà de pré-commander deux variétés de plantes dont un Arabidopsis et une variété de roses. Je trouve leur démarche très intéressante puisqu’ils se présentent comme Bio-hacker et transposent le modèle Open-source de l’informatique à la biologie. C’est à dire que les plantes proposées sont fertiles, libres de droits d’utilisations et de commercialisation. Voilà un sacré pied de nez à la firme Bioglow.

Glowing Plant va encore plus loin dans la démarche en proposant carrément un kit DIY pour faire soit-même ses propres plantes fluorescentes par manipulations génétiques. Pour 300 dollars vous aurez un kit de matériel, un manuel d’explication et tous les éléments pour concevoir votre propre plante fluorescente.

Un débat peu amorcé :

Après quelques recherches sur le web, je ne suis parvenus à trouver des informations fiables sur les risques et dangers spécifiques à ces recherches, cependant, il s’agit bien là de manipulations génétiques et ces plantes sont bel et bien des OGM. Une chose est sûre c’est que ce projet intéresse grandement les gouvernements du monde entier et suscite la crainte ou l’admiration de millions d’internautes et passionnés de plantes. Si ce type de végétaux devaient se développer dans les années à venir, j’espère qu’un débat suffisamment nourris permettra une utilisation éthique de la génétique et qui sait, peut-être viendra-t-elle en aide à l’écologie ?

Alors, les plantes auto-luminescentes est-ce l’avenir ? un progrès, ou un cauchemar ?

 

Sources :

Greenhousegrower /// PSFK /// GENTSIDE /// DVICE ///