mur vegetal, ideal ecologique Part 1

, ,

 

Véritable phénomène de société ou simple mode ? Le mur végétal est en
tous cas révélateur de l’émergence d’une nouvelle catégorie de
population, les éco-citoyens ou citoyens vert. Vient alors cette
question, le mur végétal est-il aussi écologique que l’idéologie qu’il
véhicule ? Pour aborder cette question, il faut dégager plusieurs
points émanant de la réalisation pure de l’aménagement jusqu’à son
évolution.
Idéologiquement le mur végétal transmet l’idée que la nature pourrait
reprendre le dessus sur l’urbanisation. En réalité cette idée est à
nuancer car il reste complètement contrôlé par l’homme. Le mur n’est plus une surface inerte mais devient vivant, la nature dépasse l’homme en hauteur et lui donne l’impression qu’elle reprend sa place. Très en vogue
en ce moment, l’idée (légitime) qu’il puisse purifier l’air, preuves
scientifiques à l’appui.
Techniquement différents matériaux peuvent être utilisé pour sa
création. On distingue deux grands types d’architectures, l’une est en
« dur », l’autre nécessite un squelette et une enveloppe autour. Pour
les fixations en « dur » une plaque de PVC ou de polypropylène crée
l’architecture. Elle contient souvent des « poches » pré-moulées
permettant la réception des végétaux. Pour les fixations avec
squelette métallique, un géotextile (ou bâche nylon tressé) est
perforé à certains endroits pour y placer les végétaux. Un dernier
procédé utilisant de la sphaigne du Pérou fait polémique actuellement
notamment pour son bilan carbone catastrophique, j’y reviendrai dans
un prochain billet.
Voici pour les parties idéologiques et techniques, je développerai
dans un prochain billet les aspects liés à l’arrosage et la
fertilisation. Je présenterai également les avantages et inconvénient
de chaque type de réalisation. Ces billets sont réalisés avec mes
connaissances actuelles sur les murs végétaux et peuvent contenir des
erreurs, n’hésitez pas à m’en faire part si vous n’êtes pas d’accord
avec mes propos ou si vous voyez des imprécisions.
Si vous avez un avis différent sur l’idéologie de la réalisation, n’hésitez pas à donner votre avis. 🙂

13 réponses
  1. Anne-Marie S
    Anne-Marie S dit :

    j’ai encore du mal à me prononcer sur cette façon de cultiver les plantes. C’est vrai que les réalisations de P. Blanc sont audacieuses et réussies, mais comme tu dis, quelle est la réelle répercussion de cette mise en oeuvre ? est-ce vraiment écolo ? et quelle tenue dans le temps ?

    Répondre
  2. Anne-Marie S
    Anne-Marie S dit :

    j’ai encore du mal à me prononcer sur cette façon de cultiver les plantes. C’est vrai que les réalisations de P. Blanc sont audacieuses et réussies, mais comme tu dis, quelle est la réelle répercussion de cette mise en oeuvre ? est-ce vraiment écolo ? et quelle tenue dans le temps ?

    Répondre
  3. sophie
    sophie dit :

    Les jardins verticaux, c’est bien, mais si on commençait par les cimetières verts ? Si nous balançions ces horribles dalles pour planter des arbres au pied desquels il fait bon dormir en paix ? C’est horizontal et aussi simple qu’un parc public dans lequel les gens viennent se promener. Du deux en un … Les Anglo-saxons le font depuis longtemps, pourquoi pas nous?

    Répondre
  4. sophie
    sophie dit :

    Les jardins verticaux, c’est bien, mais si on commençait par les cimetières verts ? Si nous balançions ces horribles dalles pour planter des arbres au pied desquels il fait bon dormir en paix ? C’est horizontal et aussi simple qu’un parc public dans lequel les gens viennent se promener. Du deux en un … Les Anglo-saxons le font depuis longtemps, pourquoi pas nous?

    Répondre
  5. Guillaume
    Guillaume dit :

    Oui c’est vrai que les cimetières paysagers sont beaucoup plus agréables que les cimetières classique, mais dans certaines villes cela existe déjà mais ce sont de nouveaux cimetières, comme celui de Bouguenais près de Nantes.
    Caro cela m’intéresserai de connaitre le numéro de l’ami des jardin qui traite du sujet…:)

    Répondre
  6. Guillaume
    Guillaume dit :

    Oui c’est vrai que les cimetières paysagers sont beaucoup plus agréables que les cimetières classique, mais dans certaines villes cela existe déjà mais ce sont de nouveaux cimetières, comme celui de Bouguenais près de Nantes.
    Caro cela m’intéresserai de connaitre le numéro de l’ami des jardin qui traite du sujet…:)

    Répondre
  7. Martial Bombrault
    Martial Bombrault dit :

    Le mur végétal, c’est idéologiquement une réponse au tout béton, et c’est aussi une solution pour amener du vert dans la ville. Ce n’est pas une solution idéale, parfaite, mais elle peut aussi apporter de nouvelles opportunités pour les oiseaux, insectes … qui y trouveront nourritures et refuges.
    Ensuite, la plupart des matériaux utilisés sont inertes et/ou recyclables, donc peu impactant pour l’environnement.
    Enfin, les substrats de culture sont souvent peu consommateurs d’eau, et en partie nutritifs par nature. Cela réduit encore les impacts environnementaux négatifs.
    J’ai créé un blog pour développer tous ces aspects : Le Mur Vegetal dans tous ses etats. A vous lire !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *