Après des détours en ville il y a quelques semaines je suis enfin tombé sur « Le » mur végétal de Nantes. Évidemment, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçu au premier abord, les végétaux sont juste plantés et non développés. Au pied du bâtiment un panneau indique le nom de l’entreprise et un site internet (verdilignes.fr). Après visite du site, j’apprends que le bâtiment est aux normes HQE (Haute Qualité Environnementale); qui est un label français crée par l’association HQE garantissant que la conception, la construction ou la rénovation des bâtiments correspondent à des normes de qualités environnementales. Le bâtiment est destiné à l’habitat et devrait prendre des couleurs courant du printemps. Des projets HQE naissent dans plusieurs villes de France, comme à Lille avec un projet d’éco-quartier, avec ambition que les maisons produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

7 réponses
  1. Jean-Luc
    Jean-Luc dit :

    Je suis devenu un inconditionnel de ces toitures végétalisées depuis que je les ai découvertes.
    Je suis actuellement en train de renover une tres vielle maison qui n’a plus de toitûre et je vais en profiter pour mettre un toit-terrasse vegetalisé . Le gros problleme c’est l’architecte des bâtiments de France , je veux bien qu’on ne fasse pas n’importe quoi, mais quand on a en face de sois un phénomene borné qui ne s’appuie que sur ses textes legislatifs et qui vous rigole presque au nez quand vous lui parlez d’ecologie ou d’économie d’energie, c’est pas gagné ! Il m’a déjà refusé des panneaux solaires incorporés dans une toiture à cause du fameux « périmétre de protection des momunent classés » alors que je suis à 490 métre de l’eglise classée, en bordure d’un petit village et que mon toit ne se voie pas de la rue ! Vivement que celà change, et qu’il n’y ait plus une seule personne par departement qui ait tous les pouvoirs dans ce domaine .

    Répondre
  2. Jean-Luc
    Jean-Luc dit :

    Je suis devenu un inconditionnel de ces toitures végétalisées depuis que je les ai découvertes.
    Je suis actuellement en train de renover une tres vielle maison qui n’a plus de toitûre et je vais en profiter pour mettre un toit-terrasse vegetalisé . Le gros problleme c’est l’architecte des bâtiments de France , je veux bien qu’on ne fasse pas n’importe quoi, mais quand on a en face de sois un phénomene borné qui ne s’appuie que sur ses textes legislatifs et qui vous rigole presque au nez quand vous lui parlez d’ecologie ou d’économie d’energie, c’est pas gagné ! Il m’a déjà refusé des panneaux solaires incorporés dans une toiture à cause du fameux « périmétre de protection des momunent classés » alors que je suis à 490 métre de l’eglise classée, en bordure d’un petit village et que mon toit ne se voie pas de la rue ! Vivement que celà change, et qu’il n’y ait plus une seule personne par departement qui ait tous les pouvoirs dans ce domaine .

    Répondre
  3. Guillaume
    Guillaume dit :

    Je n’y connais pas grand chose en architecture, mais il vrai qu’actuellement ce genre de projets peut paraître dingue pour certains architectes pour particuliers, il n’a sans doute pas envie de se prendre la tête avec de nouvelles façon de concevoir l’habitation.

    Répondre
  4. Guillaume
    Guillaume dit :

    Je n’y connais pas grand chose en architecture, mais il vrai qu’actuellement ce genre de projets peut paraître dingue pour certains architectes pour particuliers, il n’a sans doute pas envie de se prendre la tête avec de nouvelles façon de concevoir l’habitation.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à Guillaume Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.